Nos Combats Cosmiques

Création collective dont les textes de

Karim Bekouchi, Emma Goldman, Ariane Naziri.

Mise en scène : Catriona Laing

Avec : Catherine Denis, Carmen De Oliveira, Ariane Naziri

Chant: Tanya Laing , Karim Bekouchi

(Miguel Chico)

Costumes : Sara Bartesaghi Gallo

(merci à Clarisse et Arielle )

Graphisme: Bea Mahan

(et Arnault Maséda)

Merci aux témoignages de Bruno, Isabelle, Karim, Agnès et Miguel et les autres à venir!

"Ebranler, Heurter, Emouvoir, Révolutionner!... S'engager ?"

L'idée de ce spectacle est née d'une question intemporelle et de ce fait actuelle : « Quel sens donner à sa vie, et quelle forme peut prendre la réponse à cette question ? » Forcément multiple, doit-elle être nécessairement engagée ? Et si c'est le cas, quel engagement et pourquoi ?

Dans un huis clos, se retrouvent trois femmes venues de trois espaces-temps différents. Deux femmes engagées, l'une poétesse Américaine (Sylvia Plath), son engagement prend la forme de la création intimiste et paradoxalement universelle. La deuxième femme est l'oratrice et activiste Emma Goldman. Portant haut les couleurs de l'anarchisme dans sa dimension résolument humaniste elle inscrit son engagement dans l'action publique et dans la résistance. Elles reviennent sur leurs vies respectives, leurs espoirs, leurs attentes, leurs interrogations et font le bilan de leurs actions. Elles sont accueillies par Clarence, qui, par son regard acéré et faussement naïf se métamorphose tour à tour en conteur, maître de cérémonie, instigateur, moqueur, interprète et constitue un pont entre le passé, le présent, les deux femmes et le spectateur. Il est de ce fait la clé de voûte du spectacle.

Le spectacle est un voyage à travers les réflexions et les doutes des deux femmes sur le monde qui les entoure et retrace les chemins qui ont mené chacune d'elle à se manifester et à faire entendre sa parole. Elles se confronteront à notre monde d'aujourd'hui, à Clarence, aux révoltes actuelles des ouvriers, aux pensées des gens rencontrés dans la rue. Elles seront ainsi un miroir révélateur de notre époque.

(dossier complet sur simple demande)

 

 
Contenu payant  La Provence, 14/07/2017
 
"I have a dream" disait Martin Luther King ;  "La meilleure arme, c'est s'asseoir et parler" déclarait Nelson Mandela.
Trois poétesses de notre temps et de jadis sont sur scène. D'un côté deux protagonistes emblématiques historiques qui sont Emma Goldman, Sylvia Plath, et de l'autre, une fille de notre époque contemporaine qui n'est rien d'autre qu'une image flottante sur le monde. Les points de vue se rencontrent et se confrontent. En faisant émerger ces différents discours, nous, spectateurs, pouvons de ce fait, prendre du recul et nous forger un avis. 
C'est donc cet acte de construction d'une pensée, et même plus loin encore : de la réalisation d'une action, qui nous intéresse dans ce spectacle. 
On met en doute notre capacité à nous engager et jusqu'où sommes-nous vraiment prêts à le faire. Comment agir me diriez-vous ? L'invitation à être acteur de sa propre liberté est désormais lancée. 
La présence des voix off que nous suivons tout au long de la représentation ; sont des pensées intérieures qu'on nous fait parvenir, et qu'on écoute, ce qui contribue à nourrir notre réflexion. Ce spectacle donne la force de se battre pour ses convictions et les défendre, ainsi que beaucoup d'espoir. 
 

"Sylvia Plath, d’où viennent vos poèmes ? Sont-ils inspirés par vos lectures, par votre vie, ou sont-ils le produit de votre imaginaire ? "
Sylvia : " Je … Comment dire… ça commence avec ma respiration. Elle change, j’ai l’impression que mes poumons ont besoin de plus d’air, de plus que de l’air. À chaque inspiration, des mots m’assaillent, la plupart s’extirpent lors de l’expiration, mais d’autres restent.
Tels des particules élémentaires, les mots s’attirent se repoussent, se mélangent. Les vers finissent par s’imposer d’eux-mêmes. De là à savoir qu’est ce qui les as inspirés. Je ne saurais répondre.
Ces mots ensuite me hantent. Valent-ils la peine d’être dits, d’être écoutés, lus. Ils se transforment en doute. Je cherche à ….Je veux être publiée, pour les justifier… pour me justifier. Suis-je douée ? Je vais y arriver, non ? Oui, je serais… Oui, je veux trouver les mots.
Je veux trouver une voix de théâtre pour accéder à la vitrine du monde, Je veux pouvoir ; je veux toucher ; pénétrer ; Faire vibrer ; Perturber ; Heurter ; Modifier ; Embrasser ; Ebranler ; Emouvoir ; Révolutionner

Je veux pouvoir me dire « tu vas mourir ma fille, ça va finir, mais tu n’auras pas vécu pour rien ! Pour personne ! »

Karim Bekouchi

Karim Bekouchi

avec Martine Héritier dans le rôle d'Emma Goldman

Aurais-je dû attendre d’être décrépie
De goûter impuissante à l’ennui
Ou m’engager par dépit
Et attendre docile la nuit
Non, je ne me résignerai pas, je n’attendrai pas, je les veux ces mots.

Quand ma quête m’épuise, je relève la tête et tend l’oreille.
Un brouhaha assourdissant m’empoigne alors.

Karim Bekouchi

Karim Bekouchi

« Je me mis à parler. Des mots qu'auparavant je n'aurais pas même osé murmurer coulaient de plus en plus vite de mes lèvres. Brûlants de passion, ils dépeignaient l'image d'hommes héroïques condamnés au gibet pour avoir entrevu une vie idéale, riche de bien-être et de beauté, des hommes et des femmes libres et radieux, des enfants transportés de joie et d'amour. Le public semblait s'être évanoui, la salle elle-même avait disparu : seule me restait la conscience de mes paroles, de mon chant d'extase.

Je m'arrêtai. Un tumulte d'applaudissements fondit sur moi, une rumeur s'éleva, des voix que je ne comprenais pas s'adressaient à moi. Puis quelqu'un me glissa : « C’était un discours inspiré. Mais la lutte pour la journée de 8 heures ? Vous n'en avez rien dit ! » Ce fut comme si on m'avait fait dégringoler de mes hauteurs exaltées pour me fouler aux pieds.

J'étais en colère contre moi-même. »

(Emma Goldman, L'amour et des bombes)

NOS COMBATS COSMIQUES
Graphisme: Bea Mahan

Graphisme: Bea Mahan

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :